Mostar

Mostar

 

Stari Most

 

Stari Most

Partie Est de Mostar
Mostar - Croix sur un immeuble détruit
Mostar - Réhabilitation d’un immeuble
Minaret et Campanile de l’Église catholique
Stari Most Vue vers la partie Est Croix sur un immeuble détruit Réhabilitation d’un immeuble Minaret et Campanile de l’Église catholique

Mostar - Vitrail de l’Église catholique
Mostar, Minaret d’une mosquée
Mostar - La Réconciliation prônée par l’EUFOR
Mostar - L’Église à travers une sculpture détruite
Mostar - Le jeu et la guerre
Vitrail de l’Église catholique Minaret d’une mosquée La Réconciliation prônée par l’EUFOR L’Église à travers une sculpture détruite Le jeu et la guerre
Mostar - L’échiquier au milieu de symboles

Mostar - Le joueur,le pont et la destruction
Mostar - La Croix sur la colline
Mostar - Jeux d’enfants
Mostar - Les meilleures glaces au monde
L’échiquier au milieu de symboles Le joueur,le pont et la destruction La Croix sur la colline Jeux d’enfants ? Les meilleures glaces au monde

Mostar - La rue des échoppes
Mostar - Don’t Forget
Mostar - Enfants au bord de la rivière Neretva
Mostar - Les boutiques de souvenirs
Mostar - Femmes voilées et Minaret
La rue des échoppes Don’t Forget Enfants au bord de la rivière Neretva Les boutiques de souvenirs Femmes voilées et Minaret

Mostar - Le soir
Mostar - Le pont reconstruit
Mostar - chambre chez l’habitant
Mostar - Pêcheur de la Neretva
Mostar - Café Turc
Le soir Le pont reconstruit Ma chambre chez l’habitant le soir Pêcheur de la Neretva Café Turc

Mostar - Reconstruction
Mostar - Dans la maison turque
Calligraphie arabe
XXXXX
Mostar - Berceau dans la maison turque
Reconstruction Dans la maison turque Calligraphie arabe Autoportrait dans la maison turque Berceau dans la maison turque

Mostar - fontaine
Mostar - Happy New Year
Mostar - Autel de la chapelle orthodoxe
Mostar - La chapelle orthodoxe sur la colline
XXXXX
La fontaine de madame Kasumačic
(ma logeuse)
Happy New Year Autel de la chapelle orthodoxe La chapelle orthodoxe sur la colline A l’entrée du cimetière
Mostar - Les "restes" de la cathédrale orthodoxe

Mostar - Le plongeur du pont
Deux enfants des rues de Mostar
Enfant de Mostar
Enfant de Mostar
Les “restes” de la cathédrale orthodoxe Le plongeur du pont Deux enfants des rues de Mostar La petite fille à la fontaine La petite fille à la fontaine
Mostar - Sur la ligne de front

Mostar - Mannequin
Mostar - La promenade du landau dans les ruines
Mostar - Dessin du vieux pont
Mostar - L’entrée du pont
Sur la ligne de front Mannequin La promenade du landau dans les ruines Dessin du vieux pont L’entrée du pont

Mostar en Bosnie-Herzégovine est maintenant ensoleillée.

 

Carte Mostar

Carte de la Bosnie-Herzégovine

 

Mais de grâce doucement les basses surtout près du Pont

J’ai reçu dans cette ville au passé récent douloureux un accueil extraordinaire. En suivant de petites pancartes en carton j’ai trouvé une belle chambre chez une habitante à 200 m. du Pont originellement construit en 1556.

La Dame chez qui je loge me raconte « la guerre, …,  puis encore la guerre », son mari mort, son fils et son petit-fils réfugiés en Norvège.

Mostar a effectivement vu d’abord un affrontement entre une coalition croato-musulmane contre les serbes puis en 1993 des combats opposant les anciens alliés croates et musulmans entre eux. [Dislocation de la Yougoslavie]

J’ai mangé, bu, pris des glaces sur les terrasses, toujours servi avec gentillesse et à un prix très bas.

Sur un échiquier géant, placé comme un symbole au milieu d’autres symboles de la guerre et de la paix, à proximité immédiate de la ligne de démarcation j’ai joué quatre parties avec des habitants de Mostar.

Pour prendre une photo d’ensemble, je suis monté sur une colline escarpée, du côté musulman de la ville. C’était un Dimanche et dans une chapelle orthodoxe au bord de l’immense cimetière attenant qui est plaqué là, en italien, en anglais, comme on pouvait, j’ai discuté avec le jeune homme chargé des lieux. Son père était musulman et sa mère orthodoxe (ou l’inverse je ne sais plus). Son père était mort pendant la guerre en 1993. Il a répété « Forgive but not Forget ».

Les touristes viennent en bus (la plupart de la Croatie à deux ou trois heures), circulent parmi les échoppes près du Pont et repartent après. Le matin et le soir la ville appartient au promeneur seul.

De grâce doucement les basses près du Pont. Certaines échoppes ou cafés placent des haut-parleurs sur leurs devantures qui débitent de la musique de genre techno. Le bruit dans les pays de l’Est est souvent perçu comme de l’animation. Pour moi c’est très pénible.

En lisant Le pont sur la Drina publié en 1945 de Ivo Andrić (prix Nobel de littérature en 1961) on se plonge sur l’histoire complexe de cette région depuis le XVIe s. jusqu’en 1914. (Disponible en Livre de Poche).

Article du Courrier de l’UNESCO sur le pont